Aurélien en bref

pouzauges handball
Catégorie: 
Actu N3

Aurélien en bref…

A 22 ans, Aurélien est ce qu’on appelle un enfant du PVHB ! Il n’a jamais pratiqué un autre sport que le hand, et bien sûr jamais ailleurs qu’à Pouzauges. En couple, il vit chez ses parents « où on parle toujours de hand », et vient d’obtenir son diplôme par alternance au Val de Sèvre, de Titre Responsable Ressources Humaines, équivalent Master 1.

Dix-huit mois très contrastés

« En mars 2016, je me suis fait les croisés, et je n’ai été opéré qu’en juillet. J’ai été presque une année entière sans jouer, mais je suis revenu finalement assez vite dans le groupe et en compétition. En janvier de cette année, je reprenais l’entraînement collectif, et en février je faisais mes premiers matchs. C’est un vieux souvenir, même si on a toujours la blessure en tête, et que je sens bien que c’est quelque fois un peu raide !

Et puis, au printemps, Thomas nous a appris qu’il partait entraîner les filles de La Roche-sur-Yon. Thomas a saisi une opportunité qui m’ouvre en grand les portes de l’équipe 1. J’ai souvent été dans son ombre, mais cette concurrence n’a jamais été déloyale, même très saine, et il était d’ailleurs un modèle pour moi  ».

Son nouveau statut dans l’équipe

« Devenir le N°1 au poste d’ailier gauche a sûrement changé un peu mon statut dans le groupe. J-R m’a aussi donné sa confiance en me laissant la charge des jets de 7 mètres. En général, c’est moi qui m’y colle, et dès le premier échec, Mathieu prend la suite. Du coup, mes stats de buteurs n’ont jamais été aussi belles (rires) : à Rodez, je marque 11 fois dont 5 pénaltys… mais on perd ! J’ai commencé très jeune en équipe 1, à 17 ans et directement en Nationale 3. J’ai ensuite moins joué l’année de N1, mais là, mon tour est arrivé. A moi de prouver que je suis à la hauteur… ».

Un poste très éprouvant

« Tout le monde ne sent rend peut-être pas compte, mais le poste d’ailier est très physique : On traverse de nombreuses fois le terrain, et parfois vraiment vite, en phase offensive ou défensive. Cet été, j’ai été très concerné par la prépa physique car j’avais été deux ans sans en faire. C’est un poste qui convient parfaitement à mes caractéristiques, même si j’ai aussi joué demi-centre dans ma jeunesse. Alors, je profite… Je joue quasiment l’intégralité des matchs ; il faut rester présent et concentré jusqu’au bout ».

La Braud Family…

« Ça y est, on a fait nos premiers matchs à quatre ! Depuis le temps que tout le monde nous en parlait et qu’on attendait ce moment (rires). Bien sûr, on a un rapport bien particulier, et on se chambre beaucoup entre nous. Et puis, on refait presque tous les matchs chez nos parents dans des soirées à plus en finir… On vit hand ; mes trois belles-sœurs jouent aussi et elles sont en train de motiver ma copine pour la faire signer : mais ce n’est pas gagné ! Et un jour, on viendra voir jouer nos enfants, nos neveux et nièces, et on parlera toujours de hand… »

Remettre le PVHB à flot

« On est tous assez surpris de se retrouver là, en dernière position. Mais les faits sont là, et il faut absolument retrouver très vite le chemin de la victoire pour évacuer le doute. On manque sûrement d’un peu d’expérience, mais nous sommes quand même au niveau. Rodez, L’Union, Asson : autant de rencontres que l’on peut, que l’on doit gagner : notre situation serait alors très différente ! L’an passé non plus, nous n’avions pas très bien démarré la saison avant d’enchaîner une grosse série de succès ! Mais il faut trouver le déclic, passer un cap, faire basculer en notre faveur les derniers ballons du money-time. Et puis, on joue dans un contexte incroyable… On a beau y être habitué, L’Etoile est une salle à part, peut-être unique en France ! A nous tous, on va remettre le navire à flot… ».

 

 

Ils nous font confiance

Pouzauges Vendée Handball - Rue Buffon - 85700 Pouzauges - 06 24 16 02 95Découvrez la Furia Vendéenne