Quand Cap’tain Aldo veut ramener son navire à bon port…

Catégorie: 
Actu N2

A sept journées de la fin des hostilités, le PVHB est dans une situation comptable des plus compliquées. Dernière du Championnat, avec un point de retard sur Limoges (qui pourrait d’ailleurs en perdre trois sur tapis vert), notre équipe a, malgré tout, encore son destin en main, et peut compter sur ses tauliers pour renverser la vapeur. A commencer bien sûr par le capitaine du navire, François Héllio, bien décidé à sauver son navire et le ramener à bon port, celui du maintien en Nationale 2 !

Pouzauges est-il à sa place après 15 journées ?

« Quelque part, sûrement un peu ! Le championnat livre sa vérité sur une longue période, donc si on en est là aujourd’hui, il y a bien quelques raisons… Mais le classement est tellement serré, que la situation pourrait être vraiment différente sans quelques défaillances à domicile, notamment contre Tardets et Asson ; celles-ci nous font très mal. Et même à Bègles, ça pouvait largement passer… Si on avait pris tous ces points, on serait aux portes du podium. Mais on paye sûrement aussi un peu, un manque d’investissement à l’entraînement à une certaine période de la saison, quelques blessés, un enchaînement de mauvais résultats, et le doute s’installe ! ».

T’attendais-tu à vivre une telle saison, et te retrouver dans cette situation mi-avril ?

« Pas franchement, personne ne pouvait imaginer que le championnat serait si homogène. Après, dans le vestiaire, on s’est dit dès la trêve de Noël que la saison se jouerait à partir de cette mi-avril. C’est presque un second championnat qui commence, avec sept journées à jouer en huit week-ends. Il y a beaucoup de points à prendre encore, et on a joué les trois premiers. Mais maintenant, il faut enchaîner une série de résultats positifs. D’ailleurs, sur la phase aller, c’est à partir du match aller à Limoges, qu’on avait commencé à prendre des points. Donc c’est le moment… Tout le monde est conscient de la situation et attend le soutien de notre public dans le chaudron. Il faut vraiment que nos supporters nous poussent très fort… ».

Comment analyses-tu la dernière défaite dans le chaudron face à Tardets ?

« Déjà, il faut clairement dire que Tardets méritait venir gagner ici ; c’est décidément une équipe qui ne nous réussit pas du tout… Nous n’avons pas été à la hauteur, ni dans le jeu, ni dans l’état d’esprit. Mais derrière, il y a eu une très bonne réaction à Rezé, même si on a perdu, mais contre une formation qui nous est supérieure. A Rezé, on a fait un match bien plus en adéquation avec les valeurs du club ; c’est sur ça qu’il faut s’appuyer… ».

Comment vit le groupe après cinq défaites consécutives, et quelles sont les clés du sauvetage ?

« C’est vrai qu’il y avait de l’abattement après Tardets, mais les semaines de coupure nous ont aidées à oublier ! En tout cas, tous les joueurs croient dur comme fer au maintien. Il faut décréter l’union sacrée entre toutes les composantes du club pour qu’on reste en N2. C’est par l’esprit de groupe qu’on s’est construit, c’est par là qu’on se sauvera ! Il n’y a plus rien à calculer… Gagner, gagner encore et enchaîner…Mais on va y arriver !».

Le match contre Limoges est-il déjà couperet ?

 « Pas encore, je ne crois pas, mais c’est clair que le perdant sera très mal embarqué, surtout que eux devraient perdre trois points sur tapis vert, au détriment de Bègles. Il va y avoir de la tension, de la pression : à nous de la rendre positive pour nous remettre dans le sens de la marche ! »

 

 

Ils nous font confiance

Pouzauges Vendée Handball - Rue Buffon - 85700 Pouzauges - 06 24 16 02 95Découvrez la Furia Vendéenne