Thibaud Guibot attend le derby contre le H avec impatience !

Catégorie: 
Actu N3

Thibaud en bref…

« À 19 ans, Thibaud vit désormais à Chantonnay, au milieu d’un triangle formé par La Roche-sur-Yon où il suit un BTS Electro par alternance, Saint-Hilaire de Voust où se situe son entreprise, et Pouzauges pour poursuivre sa carrière de handballeur. »

Comment as-tu vécu le mondial de hand en France ?

« Comme un ouf ! Je n’a pas pu aller assister à des rencontres à Nantes, car ça ne collait pas avec mes horaires de cours, mais je me suis régalé à la TV. J’ai vu tous les matchs de la France chez mes parents, sauf la finale chez mes beaux-parents. Finale que j’ai vécue à fond, stressé comme si je la jouais. J’ai aussi trop kiffé devant Croatie – Norvège. Mais globalement, quel niveau de jeu ; un vrai bonheur pour les passionnés que nous sommes ».

Thierry Omeyer ou Vincent Gérard ?

« Cyril Dumoulin ! J’aurais préféré que ce soit le gardien nantais qui soit la doublure de Thierry Omeyer. J’avais été assez surpris de ce choix, mais il faut reconnaître que Gérard a été impressionnant ; on a même sûrement assisté à la passation de pouvoir. Pour les gardiens de ma génération, Omeyer restera quand même la référence, le modèle à suivre… Mais là aussi, j’ai regardé les matchs avec une attention toute particulière pour les gardiens, j’ai besoin de m’imprégner de ce que je vois pour progresser. Certains arrêts paraissent très simples pour beaucoup de gens, mais je sais tout le travail de précision que ça représente ».

Tu en penses quoi de la nouvelle règle qui permet de jouer à sept sur le terrain, sans gardien ?

« C’est super pour nous les gardiens, ça nous permet de marquer enfin des buts (rires)… J’ai d’ailleurs déjà marqué contre Saintes, dans la cage vide. Plus sérieusement, il faut attendre de voir le ratio buts marqués / buts encaissés pour juger de l’utilité de l’affaire. En tout cas, défensivement, c’est un peu compliqué dans la gestion de celui qui doit sortir rapidement pour qu’on retourne sur le terrain. Mais ça donne au moins un côté spectaculaire non négligeable ».

Ça change quoi d’avoir un nouveau collègue pour faire la doublette ? « J’appréhendais un peu, mais ça se passe super bien. Thibaud est un peu dans le même délire et état d’esprit que Julien Chaudet. À l’entraînement, on est à fond dans la compétition, lors des petits jeux. Mais après, en match, on forme vraiment un duo, où l’œil de celui qui est sur le banc doit servir à celui qui joue. Il a bien plus d’expérience que moi, ce qui en fait le N° 1 du poste, mais je me sers de cette saine concurrence pour progresser ».

Ce serait quoi le pire, ce soir : une roucoulette de Lucien alors qu’il est complètement excentré, ou une grosse lucarne de Nathan à 10 mètres ?

« Ah non, surtout pas une roucoulette de Lucien, je risque d’en entendre parler pendant dix ans ! Nathan, je suis à peu près sûr qu’il va m’en décocher deux ou trois. En fait, le pire, ce serait une roucoulette de Nathan (rires).  Ce sont deux super copains, avec qui je reste très en contact. D’ailleurs, à part deux ou trois joueurs, je connais toute l’équipe qui est de ma génération. Je rêve de ce match depuis septembre, et encore plus depuis deux semaines, j’y pense tous les jours ! ».

Un peu de fiction… Pouzauges mène 26-25, il reste dix secondes à jouer et Nantes obtient un penalty. Lucien s’approche, que se passe t-il ?

« L’Etoile retient son souffle, et ça se joue sur un gros coup de bluff ! Je fais mine de partir sur ma droite, Lucien croise alors en bas à droite, et je reviens aussitôt à gauche pour sortir le ballon. On a battu le H, quel kiffe… La fête peut débuter dans le chaudron… ».

 

 

Ils nous font confiance

Pouzauges Vendée Handball - Rue Buffon - 85700 Pouzauges - 06 24 16 02 95Découvrez la Furia Vendéenne